de GERBEVILLER à BATHELEMONT 1914 à 1917

 

Le docteur Villemin raconte son expérience de la guerre en Lorraine.

 

Ambroise raconte

 

Gerbéviller 1914 : Août 1914, le 20ème corps, fer de lance de l'armée française, franchit la Seille et entre en Lorraine occupée. Ces hommes sont là pour percer les lignes allemandes et laver, dans le sang, l'honneur de leurs pères tombés 44 ans plus tôt (guerre de 1870) face au même ennemi. Les choses vont bon train, l'armée allemande cède rapidement du terrain, l'on pourrait croire à une victoire rapide. Mais Il n'en est rien. Les allemands les ont attiré vers une zone qu'ils connaissent bien, dans laquelle ils manœuvrent depuis longtemps et qu'ils ont patiemment préparée. Devant Morhange, c'est une boucherie. L'armée française se fait tailler en pièces. Il faut se retirer, reculer loin en arrière et réorganiser l'armée qui a perdu une très grosse partie de ses officiers. Les chasseurs et les dragons sont mis à pied d’œuvre afin de protéger cette retraite. C'est ainsi que le 2ème bataillon de chasseur à pied de Lunéville prend position sur la Mortagne et bloque les ponts. Une section de 60 hommes seulement, commandée par l'adjudant Chèvre attend de pied ferme l'avant garde du 21ème corps d'armée bavarois sur le grand pont de Gerbéviller.

 

Vignette

 

Bathelémont 1917 : Des troupes américaines viennent d'être affectées dans le secteur de Bathelémont (nord de Lunéville), qui, d'ordinaire, est plutôt calme et devrait leur permettre de s'aguerrir progressivement. Mais les allemands ont bien compris que les tranchées étaient désormais occupés par ce renfort américain qui manque encore d'expérience au combat. Ils organisent un raid de capture afin de démontrer leur supériorité à ce nouvel ennemi. Après un pilonnage préventif de 1200 obus, 250 soldats d'élite allemands se faufilent de nuit et en plein brouillard jusqu'aux tranchées américaines. Une bataille s'engagent au fusil, à la grenade et même au couteau. Ce sont là  les premiers morts américains des tranchées de la Grande Guerre.

 

Vue du10

Us10